RETROTAKU

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Rule of Rose [PS2]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    RETROTAKU Index du Forum -> Retro-Gaming -> Tests -> Tests Consoles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lesarthois
Adhérent Asso
Adhérent Asso

Hors ligne

Inscrit le: 05 Jan 2012
Messages: 197
Localisation: France
Masculin
Console(s) Préférée(s): CD-i

MessagePosté le: Mer 30 Mai - 23:10 (2012)    Sujet du message: Rule of Rose [PS2] Répondre en citant

Editeur : 505 Street Games (Europe)
Développeur : Punchline
Support : Playstation 2
Année : 2006





La Playstation 2 peut se targuer de permettre à des jeux étranges, inhabituels, de nous parvenir.
Et pour Rule of Rose, le parcours fut difficile. Le jeu n'a pas moins de 3 éditeurs : Sony au Japon, 505 Game Street pour l'Europe, et Atlus en Amérique du Nord
Sony refusa de publier Rule of Rose en dehors du Japon. En effet le contenu du jeu a provoqué une levée de boucliers : Le jeu a été retiré de la vente en Australie, et interdit de vente en Angleterre. Et dans tous les autres pays, il a réveillé la polémique sur la violence dans les jeux vidéos.





Pourtant, Rule of Rose n'est pas un jeu de guerre, ou un GTA avec mode hot coffee.
Vous incarnerez Jennifer, jeune fille Anglaise orpheline, vivant dans les années 30.
L'aventure se déroulera dans un immense dirigeable flottant dans les airs et abandonné aux mains tyranniques des enfants du Red Crayon Aristocrats Club.
Bien que Jennifer soit une adolescente contre une poignée de fillettes, elle se soumet bassement aux demandes dégradantes des petites filles, leur apportant les offrandes demandées.





Un chien accompagne Jennifer, un gros toutou avec un grand museau qui vous aidera a trouver des objets, objets de soin ou d'offrande, ou de pister les fillettes selon les besoins de la quête.



Lui aussi est une victime des fillettes...


Des monstres étranges vous attaquerons de temps en temps. Jennifer est effrayée et godiche, heureusement les monstres sont faibles et presque  aussi pathétiques que Jennifer, et les armes blanches a trouver dans le jeu, aussi médiocre soient-elles, en viendront a bout sans peine.





Seuls les boss risquent de vous poser problème, surtout au début.
Au cours de l'aventure, Jennifer découvrira qu'elle connaît ces enfants, et sa mémoire lui reviendra petit à petit, lui révélant l'horrible vérité...


Mais avant de découvrir le fin mot de l'histoire, vous allez devoir compléter le jeu. Il s'agit bien entendu d'un survival-horror extrêmement psychologique, dans la veine directe d'un Silent Hill 2.
L'ambiance participe énormément au jeu.
L'image comporte un « grain » à la manière d'un Silent Hill 2. Les graphismes sont corrects quoique un peu « raides » même pour de la PS2. La comparaison avec Silent Hill 2 ou même avec un Haunting Ground sorti 1 an avant n'est pas flatteuse pour Rule of Rose, mais on peut supposer que Punchline – dont Rule of Rose est le second et dernier jeu à cette date - n'a pas les moyens financier et techniques de Konami ou de Capcom.





En dehors des décors, les menus sont présentés sous forme de feuilles de papier entièrement écrits au gros crayon par un enfant, ce qui colle au thème tout en restant lisible et clair.





La musique est entièrement instrumentale et inspirée de la musique des années 20 et 30, bien que l'ensemble manque de variété et qu'il manque quelques morceaux pour éviter la répétition.
Les effets sonores sont bons quoique ordinaires en dehors de ceux des monstres.


C'est au niveau du gameplay que tout se gâte.
Jennifer est une jeune fille timide et effrayée. Certes. Mais si son attitude dans le jeu est rendue correctement (elle serre les bras contre elle quand un monstre surgit) on sent vite que cette partie du jeu a été légèrement bâclée (par manque de moyens selon les développeurs, l'équipe s'étant concentrée sur l'histoire et l'ambiance). Si vous pensiez que les Silent Hill ou les premiers Resident Evil avaient un gameplay raide (oui, je parle bien des épisode PS1) jouez à Rule of Rose pour goûter à un vrai gameplay raide.



(oui, sur cette image, Jennifer est en train de COURIR)


Certes toutes ses animations sont détaillées, mais c'est mou ! On ne peut pas courir d'ailleurs, on avance et trotte en poussant le joystick, ce qui est inhabituel mais pas trop dérangeant.
Même Brown, le chien qui vous accompagne, est plus rapide que vous !
Evidemment pour attaquer c'est la même chose, surtout que Jennifer est souvent pétrifiée de terreur devant les monstres. Chaque coup porté qui touche un ennemi est une victoire. De toutes façons dans la plupart des cas, il vaut mieux ignorer les monstres, mais parfois l'affrontement est inévitable.





Un autre gros défaut du jeu est sa répétition.


L'histoire se passe presque entièrement dans ce dirigeable qui survole l'Europe. A chaque chapitre du jeu, vous allez devoir faire la même chose : faire sentir à Brown les objets que vous avez trouvés pour faire le plein de nourriture et d'objets pour le troc. Avec la lenteur de Jennifer et l' éparpillement des objets, comptez facilement une heure par chapitre rien que pour la « collecte ». Et malheureusement cette collecte est indispensable pour survivre, car tous les objets sont cachés, seul le nez de Brown peut les trouver ! Et aussi faible que soient les monstres, Jennifer est elle aussi faible. Et puis il y aura les boss, donc certains sont assez puissants.


Encore pire, certains objets ne sont trouvables qu'avec des objets que vous trouverez avec un objet.
En clair, par exemple, une bille permet de trouver des billes et des rubans. Le ruban permet de trouver des tablettes de chocolat ; mais la tablette de chocolat ne permet pas de trouver des rubans ni des billes, ce qui rajoute à la longueur de la recherche.


Un bon point, voire très bon point est la gestion de l'inventaire, géré à la Resident Evil mais en plus facile.
Les salles de sauvegarde, avec le point de sauvegarde spécial, emblème des survival horror – ici un mannequin fait d'un balai et d'un seau – contiennent une poubelle. Cette poubelle vous permet de stocker et récupérer des objets à partir de toutes les poubelles.





Mais contrairement à un Resident Evil, quand votre inventaire est plein, il suffit de « jeter » un objet et il va directement dans la poubelle ! Ce qui réduit les aller retours, une chose bien agréable quand on sait à quel point le jeu est grand, entrecoupé de portes et Jennifer lente.


Bien évidemment selon les chapitres, différentes parties du dirigeable sont ou ne sont pas accessibles ; la plus grosse partie est surtout composée de cales, structures techniques ; l'effet de peur passe un peu à la trappe, bien que évidemment il faut se mettre du point de vue des enfants, ou ce sont ces endroits, interdits par les adultes, qui sont les plus excitants à explorer.





Heureusement l'histoire compense cette lourdeur ; les enfants traînent dans le dirigeable et soit vous parlent, soit une cinématique se joue à leur approche, vous en apprenant un peu plus sur l'histoire.
Si vous vous demandez ce qui peut être jugé aussi durement à propos de ce jeu, qui fait que le jeu est interdit dans deux pays, voici deux indices : des fillettes orphelines, un gardien d'orphelinat...




Bien entendu, la cruauté mentale des fillettes envers Jennifer et elles-même est marquante aussi. D'autant plus que les enfants adoptent entre eux de ces attitudes copiées des adultes, poses suggestives et relations amicales poussées qui paraissent, aux yeux des adultes, définitivement perverses.







Rule of Rose est définitivement un de ces OVNI vidéoludiques. Un jeu à l'histoire profonde et travaillée, dans l'univers doublement inhabituel des enfants, des orphelins, des petites filles.
Même si le gameplay est gênant, il permet aussi de s'imprégner de l'histoire, de la mentalité des enfants abandonnés, effrayés devant l'inconnu et fragiles devant le danger.
Un jeu à réserver pour les fans de survival horror torturés à la Silent Hill ou Project Zero.





Scénario : Détaillé, fouillé, travaillé, inhabituel. Rule of Rose est un jeu à  scénario avant tout.


Graphismes : La modélisation est moyenne mais l'ambiance générale est rendue magnifiquement.


Sons : Les musiques sont instrumentales et réalisés pour coller à l'ambiance du jeu.


Jouabilité : le point noir du jeu. Les déplacements sont lents et les combats maladroits.


Durée de vie : Le  jeu étant un jeu d'exploration, il prend facilement 15 heures à la première partie.
Sachant que deux fins sont disponibles dont l'une explique toute l'histoire, on sera tenté de rejouer, mais ce n'est pas un de ces jeux que l'on rejoue souvent car l'effet de surprise se sera éventé.
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
Si on fait quelque chose à la dernière minute... Ca ne prend qu'une minute à faire!
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 30 Mai - 23:10 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    RETROTAKU Index du Forum -> Retro-Gaming -> Tests -> Tests Consoles Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com